Au domicile des Japonais

Marie Ebersolt

Le 17 janvier 2023

Au Japon, l’espace est un lieu hautement symbolique, avec des coins et recoins réservés à des fonctions spécifiques. On y décèle un sens pratique mais également spirituel, très souvent dans un mélange de dimensions sacrée et profane.
Pour comprendre le rapport à l’espace des Japonais, il n’y a rien de plus pertinent que d’observer leurs comportements au domicile. 

Quand on franchit la porte d’un appartement ou d’une maison, on arrive au seuil. On y voit des chaussures les unes à côté des autres, et un meuble réservé à leur rangement. Attention, si vous êtes invité, vous devez vous assurer par avance de porter des chaussettes propres et non trouées ! Vous vous déchaussez et dirigez vos escarpins, mocassins, ou autres, vers la sortie. Ce geste est très important pour les Japonais, il est inculqué dès le plus jeune âge. Enfin, vous franchirez une petite marche car le logement est surélevé par rapport au seuil où la continuité de l’extérieur prend fin et où la transition vers l’intérieur s’opère. Ne vous inquiétez pas, vous ne resterez pas pieds nus bien longtemps puisque tout est prévu. Des chaussons vous seront proposés, il y en a toujours plusieurs paires réservées aux invités. 

Près de l’entrée se trouvent les toilettes. En cas de besoin, vous trouverez une autre paire de chaussons réservée au petit coin. Il ne faudrait pas souiller les autres pièces de fluides suspects. Vous vous déchaussez pour vous rechaussez puis rebelote quand vous en sortez. Le toilette est lui aussi très particulier puisqu’il est entièrement électrique. Si vous avez droit à la crème de la crème, vous verrez l’abattant se soulever quand vous vous approcherez du trône. Lorsque vous prenez place, vous n’avez pas ce frisson rageant, contre lequel vous ne pouvez rien chez vous en France, puisque la lunette est chauffée à la température corporelle. Après votre affaire, vous pouvez expérimenter la douchette intégrée. Pour les plus pudiques, il est possible de déclencher un son qui camoufle les bruits indiscrets. Vous n’aurez pas droit à la cinquième symphonie de Beethoven ni à la berceuse de Brahms, mais tout simplement au bruitage de la chasse d’eau. 

Passons maintenant à la pièce principale de la maisonnée, le séjour. Cet espace est semblable au nôtre avec un canapé, une table basse et un poste de télévision, à quelques détails près. Un autel aux ancêtres est présent chez les plus âgés, moins auprès des plus jeunes générations qui attendent d’en hériter. Il s’agit d’un meuble surélevé dans lequel se trouvent un bol de méditation et son bâton, un encensoir et des statuettes en bois que l’on se procure auprès d’un temple. On y voit également des portraits de disparus, et tous les jours pour les plus assidus, une offrande différente. La pratique est moins courante aujourd’hui mais tous les Japonais ont eu l’occasion de joindre les mains et de se recueillir, au sein même d’un domicile. Parfois, une pièce attenante habillée de tatami et d’une peinture ou d’une calligraphie sur soie en rouleau accrochée au mur parfait le coin du repos. Cet endroit servait autrefois à servir le thé grâce à une petite crémaillère incrustée dans le sol. Nommé littéralement « espace des invités », il vous accueillera avec du thé et une douceur japonaise préparés dans la cuisine, la crémaillère ayant disparus aujourd’hui. 

La très grande majorité des Japonais mangent aujourd’hui à table, sur des chaises. Vous n’aurez donc pas à subir la position assise avec les jambes repliée, dite « l’assise juste », qui très vite, vous engourdirait les gambettes. La cuisine n’est jamais loin. Si le mobilier se rapproche du modèle occidental, le menu est très différent. Contrairement à notre succession d’entrée, plat, fromage et dessert, les Japonais se régalent simultanément de plusieurs mets différents, au moins quatre ou cinq, que les convives dégustent un bol de riz à la main et des baguettes dans l’autre. Vous picorerez un peu de légumes, de viande ou de poisson, de riz et de soupe, dans un ordre que vous jugerez le plus harmonieux. Des légumes saumurés et une tasse de thé clôt le repas, le sucré étant réservé à l’heure du goûter.

Jetons maintenant un regard indiscret vers des pièces plus intimes, la chambre et la salle de bain.
Les chambres ressemblent aujourd’hui aux nôtres, même si l’usage des futons demeure courant. Ces derniers sont repliés et rangés pendant la journée dans un placard avec les couettes, régulièrement frappés et séchés au soleil pour les nettoyer et les entretenir. Le lit, ou le futon, est savamment positionné. L’oreiller ne doit pas être situé côté nord et aucun miroir ne doit faire face au lit, sous peine de voir son âme se faire aspirer de l’autre côté pendant le sommeil. De même, une psyché ne doit jamais se situer en face de la porte d’entrée car le bonheur pourrait être renvoyé vers la sortie. Ces règles implicites sont issues du feng-shui, en japonais fu-sui, combinaison des caractères du vent et de l’eau. L’idée est de tenter de maîtriser la circulation de l’énergie dont la métaphore est assurée par ces deux éléments naturels.  

Le modèle standard des salles de bain est très spécifique au Japon. Il est constitué de deux pièces attenantes, l’une servant à la fois de buanderie et de rangement, l’autre accueillant une baignoire et une douche. Dans la première, on s’y déshabille. Equipée d’un lavabo, on s’y lave les mains et le visage, on s’y coiffe et se maquille. Dans la seconde, le sol est entièrement revêtu d’un plancher hydrofuge avec un écoulement. On s’assoit sur un tabouret spécial (oui, tout est prévu !) et on se nettoie avant de prendre le bain. Si la plupart des Japonais se douchent le matin, le soir, très souvent, ils prennent le temps de se prélasser dans une baignoire. La culture du bain est très ancrée au Japon, si bien que les bains publics ne sont pas l’apanage des plus défavorisés, mais plutôt une solution pour les habitants de petits logements. Les sources thermales sont nombreuses dans plusieurs régions et les baignoires de certains particuliers sont reliées aux sources d’eau chaude. Il est rare que vous soyez invité à dormir chez un Japonais, mais si cela vous arrive, n’oubliez pas de vous laver entièrement avant de mettre un pied dans la baignoire ! Cette règle incontournable vaut également dans les bains publics et complexes thermaux. Il en va d’un souci d’hygiène dans une eau où tout un chacun souhaite barboter en toute quiétude. 

Pour terminer, ne vous avisez pas de demander à visiter la maison ou l’appartement de votre hôte, comme on le fait parfois dans notre douce France. Considérez avoir l’honneur d’être invité dans un espace privé et laissez-vous guider, vous serez choyé par l’esprit d’accueil des Japonais !   

Marie Ebersolt